Publié le 22 février 2022,

Selon le baromètre annuel du spécialiste français Recommerce sur les ventes de smartphones, le pouvoir d’achat est la première préoccupation des acheteurs de produits reconditionnés.

Les Français sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter par l’achat d’un téléphone reconditionné. C’est le constat dressé par le baromètre annuel des ventes de smartphones reconditionnés de l’entreprise française Recommerce. Selon l’étude publiée ce mardi 22 février, plus d’un tiers (37%) des consommateurs a déjà sauté le pas, même si l’Hexagone est encore loin derrière ses voisins européens comme la Roumanie (67%) ou le Royaume-Uni (50%).

Le premier argument qui motive les consommateurs français est le prix, un facteur décisif dans deux tiers des achats. La raison est simple, les téléphones reconditionnés coûtent moins cher que les neufs.

«Les terminaux reconditionnés coûtent 30 à 40% de moins que les terminaux neufs récents, on peut aller jusqu’à -70% pour ceux qui ont été mis sur le marché il y a 3 ou 4 ans»

Benoit Varin, Cofondateur

Une préoccupation budgétaire qui se place loin devant «la motivation d’une action écologique» qui n’incite qu’a 37% (-2 points) des achats. Il s’agit désormais du troisième motif le plus courant, «l’action écologique était pourtant en deuxième position l’année dernière», note Benoît Varin. Le deuxième motif est la présence d’une garantie sur ces appareils, elle motive 39% des consommateurs.

Pour la revente de son ancien téléphone, la logique est la même, le pouvoir d’achat prime. Parmi la faible proportion de personnes qui remettent sur le marché leur ancien appareil (27%), le premier objectif est de dégager un profit à court terme. «[La revente] permet pour 35% d’entre eux (+5pts) de payer moins cher leur futur smartphone ou d’être payé immédiatement», explique Recommerce. L’objectif environnemental connaît là encore un recul, «c’est une motivation qui passe au second plan et perd 7 points (30%)».

L’achat d’appareils reconditionnés est très judicieux d’un point de vue environnemental. «En moyenne, faire l’acquisition d’un téléphone mobile reconditionné plutôt que d’un neuf permet d’éviter 91 à 77% d’impact annuel. Cela revient à prévenir l’extraction de 82kg de matières premières et l’émission de 25kg de gaz à effets de serre par année d’utilisation», souligne un rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) datant de 2021.

Publié le 07 février 2022,

Le spécialiste du smartphone reconditionné fait entrer de grands acteurs du commerce à son capital

Recommerce, un des principaux spécialistes français des produits reconditionné s’apprête à boucler une nouvelle levée de fonds. Au-delà du montant, qui n’a pas été communiqué mais serait d’une centaine de millions d’euros, c’est l’identité des actionnaires qui est primordiale. Recommerce vise à faire entrer à son tour de table un géant de la grande distribution tricolore United.b (la holding de tête de Boulanger, Electro Dépôt, Hifi, Krëfel…). Elle viendrait rejoindre deux actionnaires historiques, Bouygues Telecom et de Créadev ainsi que d’autres acteurs industriels de référence, les quatre créateurs de l’entreprise et ses salariés. Cet adossement est soumis à l’Autorité de la Concurrence.

Avec ce nouveau tour de table, Recommerce change profondément la structure de son actionnariat. Les investisseurs industriels se substituant aux financiers. Il s’agit de la quatrième levée de fonds bouclée par la start-up. Depuis 2018 et sa dernière levée de fonds de 50 millions d’euros, son chiffre d’affaires a doublé pour atteindre 100 millions d’euros et elle est rentable depuis 5 ans. Elle emploie 130 personnes et a franchi le cap des 4 millions de téléphones reconditionnés.

«Cette opération s’inscrit dans notre stratégie d’adossement industriel pour accéder à des flux de produits et apporter plus de services aux clients». Il faut faire de l’entreprise « la plateforme de l’économie circulaire pour permettre aux commerçants être des recommerçants». Les distributeurs s’inscrivent de plus en plus dans cette logique de vente mais aussi de rachat des anciens produits. L’objectif étant de pouvoir développer en circuit court toute la filière de l’occasion garantie et remise en état par un professionnel. «C’est un moyen de créer des emplois locaux et de limiter la ponction en matières premières pour fabriquer du neuf. Tout en revendant des produits moins chers»

Benoit Varin, Cofondateur de Recommerce

Comme beaucoup de ses concurrents, Recommerce cherche aussi à sécuriser ses approvisionnements en appareils usagers, afin d’alimenter ses ateliers avec des produits achetés localement. La principale difficulté de la filière en France est de trouver suffisamment de terminaux à reprendre localement pour s’alimenter.

07 décembre 2021, L’Officiel des Réseaux

http://www.officieldesreseaux.fr/actualites/veille/avec-circularx-recommerce-pousse-les-enseignes-vers-la-seconde-main/

Focus sur notre nouvelle plateforme logicielle CircularX qui vient accompagner et soutenir les grandes enseignes dans leur circularité et leurs offres de seconde main comme c’est déjà le cas avec Leroy Merlin et Boulanger.

“L’idée est de permettre à des distributeurs ou à des marques de créer leur propre offre de seconde vie et de basculer ainsi vers une activité plus circulaire. Notre solution Saas permet à une enseigne de créer en quelques semaines une offre de seconde main, de la reprise à la revente au client final. Elle a également la particularité d’être en marque blanche et donc de s’intégrer parfaitement dans les process et la charte graphique de l’enseigne. Ce qui est assez rare sur le marché.

Décrypte Antoine Bagur, co-fondateur de CircularX

Découvrez également plusieurs aspect importants de cette offre avec en premier lieu la diversité possible du secteur. En effet lorsqu’on parle de seconde-main on pense rapidement aux vêtements ou aux produits high-tech qui peuvent être reconditionnés, ici la volonté est d’étendre la seconde-main au maximum d’entreprises possibles quelque soit leur secteur.

“À titre d’exemple, nous venons d’accompagner Leroy Merlin sur une offre bricolage. Surtout, nous ne proposons pas qu’un seul parcours d’achat. Notre plate-forme permet de faire un parcours 100 % digital concernant la reprise des produits, mais aussi 100 % en magasin. Vous pouvez aussi permettre aux clients de débuter en ligne et finir en magasin ou inversement”

Antoine Bagur, co-fondateur de CircularX

Le second sujet important de ce logiciel et ce qu’il apporte est la limitation de l’empreinte carbone. A travers la seconde-main on allonge l’espérance de vie du produits et on préserve ainsi les ressources naturelles et sociales nécessaires à sa fabrication. La gestion des déchets est également impacté positivement car lorsque la circularité augmente la quantité de déchets diminue.

L’innovation est également centrale pour CircularX qui souhaite démocratiser la seconde-main pour qu’elle ne soit plus limité aux smartphones. Comme par exemple avec Boulanger qui lance son offre de gros électroménagers reconditionnés.

“Nous pensons que nous avons une carte à jouer avec cette offre de rachat. Notamment en élargissant notre éventail de reprise sur le multimédia qui ne concernent plus uniquement les smartphones, mais également les tablettes et les consoles de jeux. Mais aussi en proposant à nos clients de racheter des gros électroménagers, comme les lave-linges, les sèche-linges, les robots autocuiseurs ou encore les télévisions”

Katia Gradel, Directrice de Boulanger Second Life

18 novembre 2021, LSA

https://www.lsa-conso.fr/recommerce-lance-une-plate-forme-d-economie-circulaire-pour-les-distributeurs,396941

Présentation de la plateforme logicielle CircularX et de sa mise en place pour ses deux premiers clients Boulanger et Leroy Merlin.

“Entre la pénurie sur certains produits et la demande des consommateurs, de plus en plus de distributeurs veulent développer une offre de seconde vie. Mais cela ne s’improvise pas: il faut bâtir une offre, un argus, reprendre les produits, les renvoyer…”

Pierre-Etienne Roinat

01 juillet 2021, LSA

https://www.lsa-conso.fr/recommerce-rachete-deux-start-up,386278

Recommerce le spécialiste français du reconditionnement vise à s’internationaliser et cherche à étendre son champ d’action à l’Europe de l’Est. Cela passe aujourd’hui par le rachat de deux start-up. La première, Fenix.eco, est situé à Bucarest et est un acteur majeur du reconditionnement en Roumanie.
Recommerce opère également l’acquisition de Deal Certify, l’application qui développe le savoir-faire des tests mobiles et permet à chacun d’évaluer l’état de son appareil dans l’hypothèse d’une revente à un professionnel comme Recommerce.

14 Juin 2021, BFM Business

https://www.bfmtv.com/tech/en-plein-boom-le-marche-du-smartphone-reconditionne-est-domine-par-l-i-phone_AV-202106140303.html

Retrouvez la vidéo de Augustin Becquet, co-fondateur et CEO de Recommerce invité sur BFM Business pour échanger sur le sujet du reconditionnement en France et présenter Recommerce et son champ d’action.

Découvrez également dans l’article notre classement des 20 modèles de smartphones les plus plébiscités par les français et un court aparté sur la loi de la redevance privé.

Selon les chiffres de Recommerce, un Français sur trois aurait déjà acheté un smartphone d’occasion. Ce marché en pleine croissance n’est pas exempt de débat : le 10 juin 2021, les députés ont voté la création d’une redevance de 7 à 8 euros sur chaque smartphone reconditionné.

Retrouvez Augustin Becquet, co-fondateur et CEO de Recommerce, invité sur le plateau de Bsmart à l’occasion de l’émission SMART IMPACT du 17 mai 2021 animé par Thomas Hugues.
Au programme de cette interview quelques chiffres du reconditionnement et une présentation de la nouvelle association EUREFAS dont Recommerce fait partie et qui a pour vocation de promouvoir l’économie circulaire en Europe et d’en représenter les différents acteurs.

François Bedin, le 26/04/2021

https://www.01net.com/actualites/recommerce-poursuit-son-partenariat-avec-amazon-pour-racheter-vos-produits-high-tech-2041816.html

Présentation du nouveau partenariat entre Amazon et Recommerce offrant la possibilité a chacun de revendre une ancienne console ou tablette. Après avoir déjà mis en place l’offre de reprise de smartphones, Recommerce accompagne Amazon pour cette nouvelle offre de reprise qui sera disponible dans 4 pays Européens; la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie.

Il suffit d’indiquer la marque ou une partie du nom de l’appareil pour le choisir facilement dans une liste. Vous devez ensuite donner des informations sur l’état de la machine. Pour une console, il faut indiquer si elle est parfaitement en état de marche et n’a pas été démontée. Le site demande également si tous les accessoires sont présents et fonctionnels. Pour une tablette, il faut assurer que les boutons et l’écran sont opérationnels, et que la fonction de localisation a bien été désactivée. Vous voyez alors quel est le prix de reprise.

Fonctionnement de la plateforme de reprise

01 avril 2021, Le Parisien

https://www.leparisien.fr/economie/consommation/smartphone-ordinateur-lave-linge-pourquoi-les-appareils-reconditionnes-seduisent-autant-01-04-2021-5DR3WLND5RA7DIZW4YSDPDTI2I.php

Découvrez quelles sont les différentes motivations des clients du reconditionné à travers les réponses de Benoit Varin, co-fondateur de Recommerce et d’autres acteurs du reconditionnement en France.

On retrouve ainsi évidemment l’argument économique, jusqu’à -60% moins chers qu’un produit neuf les produits reconditionnés séduisent les français. Selon une étude mené par l’entreprise d’assurance mobile Coverd, 72% des français seraient séduits par l’avantage économique.

La garantie est également un facteur important de l’offre du reconditionné, pour un client qui pourrait exprimer une inquiétude face à un produit d’occasion, la présence d’une garantie et d’un SAV rassure.

Publié le 09/03/2021 à 20h07

Le stock de téléphones inutilisés grossit chaque année. Les deux tiers sont encore fonctionnels. Mais les Français ont du mal à se séparer de leurs précieux mobiles. La filière du reconditionnement est pourtant en demande constante.

https://www.ouest-france.fr/high-tech/telephonie/110-millions-de-telephones-portables-dorment-dans-nos-tiroirs-au-lieu-d-etre-revendus-ou-recycles-7180772

C’est ce que révèle le baromètre Recommerce (pionner français du reconditionnement de smartphones) du marché du mobile d’occasion, réalisé par Kantar et publié ce mercredi 9 mars. 

Quand on sait que 40 kg de matières premières sont ponctionnées pour fabriquer un smartphone, c’est une aberration écologique ! ​s’agace Benoit Varin, cofondateur de Recommerce. En plus, ces téléphones pourraient dépanner les gens qui n’ont pas les moyens d’acheter du neuf. 

Selon une autre étude récente réalisée par la société de conseil Sofies, deux tiers des mobiles inutilisés sont encore fonctionnels.

Impensable pour la moitié des Français

Acheter un téléphone d’occasion est pourtant devenu chose courante : un Français sur trois a déjà sauté le pas. Mais quand il s’agit du sien, c’est une autre histoire… Moins d’un sondé sur cinq (19 %) a revendu ou donné son mobile inutilisé en 2020. Alors, pourquoi diable avons-nous tant de mal à nous séparer de nos anciens cellulaires ?

Une bonne moitié des Français interrogés (54 %) ne l’envisage même pas. Certains évoquent la valeur sentimentale (SMS échangés, photos…), mais beaucoup veulent surtout conserver un téléphone de secours, pour dépanner en cas de pépin. Ou encore pour en faire cadeau à un proche.

Revendus 92 € en moyenne

Reste donc une zone grise de 27 % de sondés, qui aimeraient revendre leur ancien appareil, sans s’y résoudre pour autant. Premier motif de ce blocage, un prix de revente trop bas. Recommerce reprend les téléphones pour 92 €, en moyenne. Chez Orange, on parle de 93 €. Ces chiffres incluent les derniers iPhones comme les vieux téléphones à touches et, bien sûr, tout dépend du modèle.

De nombreux sites internet permettent d’estimer le prix de revente de son mobile. 

 Ce sera toujours mieux que s’il reste stocké dans un tiroir, ​pointe Benoit Varin. Et plus vous attendez, plus il perd de la valeur à l’Argus des téléphones ! Comme une voiture qui resterait garée dans le jardin.